Skip to main content

Le role clé d'un IT Professional chez le pas au Cloud

METTEZ LE CLOUD AU SERVICE DE VOTRE ORGANISATION

Le ‘Cloud computing’ révolutionne la manière dont les services IT sont fournis aux entreprises de toutes tailles. En tant qu’informaticien ou professionnel de l’IT, vous avez un rôle clé à jouer, dès l’instant où votre société décide de franchir le pas. Pour vous, il s’agit d’une opportunité décisive pour votre carrière : vous avez en effet l’occasion d’apporter une réelle valeur ajoutée aux opérations de votre entreprise, en comprenant la relation stratégique et tactique qui existe entre le cloud et les objectifs de votre organisation.

Il existe de nombreux préjugés à propos du cloud et de ce qu’il peut offrir. En enrichissant votre connaissance, vous pouvez aider les autres à mieux comprendre les prochaines étapes à franchir pour que votre entreprise recueille pleinement les fruits du cloud computing. L’informatique en cloud a effectivement bien plus à offrir que de simples économies de coût : elle crée une base solide à partir de laquelle vous pouvez construire de nouveaux avantages concurrentiels, dans vos relations avec vos clients et avec vos partenaires.

Cette page Microsoft Cloud Services vous apporte les ressources dont vous avez besoin pour entamer votre voyage vers la réussite. Commencez par prendre connaissance de quelques réalités à propos du cloud (voir ci-après) ou consultez toutes les ressources à votre disposition (à droite sur cette page) et... n’hésitez pas à les explorer à fond !

#1. Sécurité d’emploi

Mythe:

Si mon entreprise déploie Microsoft Online Services, mon rôle en tant qu’Exchange Administrator disparaîtra.

Réalité:

Le rôle de l’Exchange Administrator ne disparaît pas avec l’arrivée du cloud. Il y a encore pas mal de tâches à accomplir sur site : gérer les utilisateurs et leurs boîtes aux lettres, veiller au respect des réglementations applicables en matière de conservation des données de l’entreprise, mettre en œuvre des flux de tâches sur mesure – tout cela relève de votre responsabilité. Bien que certaines activités ne soient plus exécutées ‘sur site’, les « managed cloud services » vous laissent plus de temps pour assumer des missions plus stratégiques, et vous offrent donc de nouvelles opportunités à exploiter.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#2. Evolution du rôle de l’IT

Mythe:

Si mon organisation utilise un service en cloud public comme Windows Azure, j’aurai un rôle moins technique.

Réalité:

Lorsqu’une entreprise opte pour des services en cloud public comme Windows Azure, le rôle des informaticiens et professionnels IT devient, au contraire, essentiel. Windows Azure facilite la transposition de certaines applications vers le cloud, mais hormis la mise en œuvre de correctifs sur ces serveurs et la maintenance des machines physiques, toutes les autres facettes de la gestion des applications relèvent toujours de la responsabilité des informaticiens. Surveillance, mise à jour, intégration à d’autres services comme Active Directory, sécurité, et surveillance de réseau – toutes ces activités restent indispensables dans une organisation qui utilise des services en cloud.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#3. Perspective d’emploi

Mythe:

Le rôle de l’informaticien disparaît avec l’arrivée du Cloud computing.

Réalité:

Pour les entreprises, le cloud peut être une occasion de réduire les coûts du matériel et du logiciel. Mais la suppression du rôle de l’informaticien mettrait gravement en danger ces économies potentielles. L’organisation a en effet toujours besoin de collaborateurs qualifiés et compétents en matière de sécurité, gestion de réseau, intégration, Active Directory et gestion de l’infrastructure. Le rôle de l’informaticien est appelé à évoluer parallèlement à l’augmentation de la disponibilité des cycles informatiques et de la capacité de stockage en réseau - c’est un fait incontestable, à l’instar du rôle de l’IT, qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps. La question que doit se poser l’informaticien est la suivante : suis-je prêt à jouer un rôle plus stratégique au sein de mon organisation ?

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#4. Contrôle des données

Mythe:

Si elle opte pour le cloud, mon organisation deviendra dépendante d’un seul fournisseur et perdra le contrôle de ses données.

Réalité:

La flexibilité est l’essence même des services en cloud. Une application peut en appeler une autre résidant dans un autre service en cloud, mais les données peuvent être stockées n’importe où, y compris sur votre propre réseau, tout en restant accessibles aux applications en cloud. Aucun prestataire de services en cloud ne propose de formule qui vous priverait du contrôle de votre environnement. Les meilleures solutions en cloud se composent de services sur site combinés à des services en cloud. Quel que soit le fournisseur de services en cloud que vous choisissez, veillez à ce que la sécurité de vos données bénéficie, dans tous les cas, d’une priorité absolue. Ne choisissez pas un partenaire qui considèrerait les données de votre organisation comme étant les siennes.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#5. Intégration

Mythe:

Lorsque des applications sont externalisées dans le cloud, il n’y a plus de problèmes d’intégration.

Réalité:

C’est faux. Les équipes informatiques dédiées à la compatibilité et à l’intégration des applications ont un rôle majeur à jouer au sein de leur organisation, comme c’était le cas auparavant. S’il est vrai que certaines applications autonomes peuvent être transposées dans le cloud indépendamment des autres systèmes existants, de nombreuses autres applications doivent être intégrées à l’environnement sur site ainsi qu’aux autres applications en cloud.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#6. Bénéficiaires du cloud

Mythe:

Seule une petite entreprise a intérêt, en termes de réduction des coûts, à faire appel au Cloud Computing.

Réalité:

Les avantages du cloud computing sont identiques quelle que soit la taille de l’entreprise. De nombreuses organisations misent aujourd’hui sur le cloud computing. Microsoft seul compte 40 millions d’utilisateurs de ses Services Online et parmi eux, on trouve à la fois des grandes organisations et de petites entreprises. Et 10.000 sociétés – parmi lesquelles 3M, Siemens et T-Systems - utilisent Windows Azure à l’échelle de toute leur organisation.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#7. Cloud privé

Mythe:

Ma société peut profiter de tous les avantages du cloud computing en installant un cloud ‘privé’ sur son propre matériel.

Réalité:

Votre société peut tirer parti d’un cloud privé. Lorsque vous présentez un projet de cloud privé aux décideurs économiques, n’oubliez pas de rappeler que, dans ce cas, l’entreprise reste propriétaire de tout - c’est-à-dire du matériel et des logiciels - mais elle est aussi responsable de la gestion du taux de disponibilité. Il vous appartient donc de gérer l’infrastructure et les besoins en capacité de manière à respecter les dispositions des contrats de garantie de services internes, comme vous le faites aujourd’hui. Un cloud privé sur site représente un investissement important, contrairement aux ressources en cloud exploitées par des fournisseurs comme Microsoft. Pour tirer parti d’un cloud privé, les économies prévisionnelles réalisées grâce à un usage accru de votre infrastructure doivent être supérieures au surcoût que représente la mise en place de ce cloud. En guise d’alternative, vous pouvez choisir un cloud privé hébergé : dans ce cas, c’est un fournisseur de services d’hébergement qui assure la maintenance du matériel et vous pouvez affecter votre budget d’investissement à d’autres postes relevant des charges opérationnelles. Un cloud privé est votre propriété exclusive et tous les coûts liés à la préservation d’une disponibilité optimale des ressources informatiques sont à votre charge – alors que, dans un cloud public, ces coûts sont partagés avec d’autres et peuvent s’avérer inférieurs aux coûts d’exploitation de vos systèmes actuels.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#8. Économie de coût

Mythe:

Ma société doit transposer toutes ses applications dans un service en cloud pour pouvoir profiter pleinement du cloud computing.

Réalité:

Actuellement, il est quasiment impossible de transposer tout un centre de données vers le cloud. Et aucun fournisseur de services en cloud ne vous conseillera d’ailleurs cette option. Commencez par identifier les applications dont votre organisation pourrait davantage tirer profit si elles étaient en cloud. Cherchez les applications dont les ressources font l’objet d’une sollicitation intensive pendant une courte période tous les mois et demeurent pratiquement inutilisées le reste du temps. Ou recherchez les applications dont les ressources sont modérément utilisées sur une base constante, mais enregistrent des ‘pics’ à certains moments. Des applications de ce genre se prêtent particulièrement bien à une transposition dans le cloud parce que celui-ci permet d’adapter la taille des ressources à la demande. Le cloud est conçu pour garantir un accès flexible aux ressources pouvant être allouées à d’autres applications, voire même à d’autres clients, lorsqu’elles ne sont pas utilisées.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#9. Types de cloud

Mythe:

Il n’y a qu’un seul type de cloud.

Réalité:

Il y a plusieurs types de cloud. Un ‘cloud client’ par exemple est un cloud privé hébergé sur site. Un ‘cloud partenaire’ est une variante du ‘cloud privé’ hébergée chez un partenaire. Enfin, le ‘cloud public’ est un réseau de services web et d’applications sans interconnexions fixes – c’est l’option la plus répandue en matière de cloud computing, mais elle implique un niveau de service qu’aucun fournisseur n’est à même d’offrir réellement aujourd’hui. Lorsqu’un informaticien envisage d’opter pour un service en cloud, il doit avant tout vérifier la disponibilité des protocoles et piles d’applications standard et familiers.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#10. Initiation au cloud

Mythe:

Tout ce dont vous avez besoin pour commencer à utiliser le cloud computing, c’est d’une carte de crédit.

Réalité:

Effectivement, vous pouvez commencer à utiliser des services cloud computing à l’aide d’une simple carte de crédit. C’est une bonne façon de découvrir jusqu’où vous pouvez aller avec de tels services. La plupart des services en cloud proposent un environnement spécialement conçu pour permettre de se familiariser et de développer des applications. Dans la plupart des cas, les fournisseurs de services en cloud proposent gratuitement un niveau de ressource élémentaire – « Getting Started ». C’est le cas de Microsoft (voir Try Windows Azure

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#11. Machines
virtuelles = Cloud
Computing?

Mythe:

Si je fais tourner des applications ou des services de réseau sur des machines virtuelles, je fais déjà du cloud computing.

Réalité:

Ce n’est pas parce que vous avez des machines virtuelles que vous créez d’emblée un environnement de cloud computing. Vous êtes bien sur la voie du cloud computing, mais vous êtes loin d’en recueillir pleinement tous les fruits. Une machine virtuelle doit vous permettre d’augmenter ou de réduire à la volée votre capacité de traitement et de stockage pour pouvoir offrir un service comparable à une ressource en cloud. Vous devez aussi être en mesure de proposer une tarification de type ‘pay-as-you-go’ aux différents départements de votre organisation afin d’arriver à peu près aux mêmes économies de coûts que celles offertes par des services en cloud à la demande.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#12. Sécurité

Mythe:

Un fournisseur de services en cloud ne garantit pas la sécurité.

Réalité:

Si cela est vrai en grande partie, il faut cependant replacer les choses dans leur contexte. Lorsqu’on fait tourner une application dans le cloud, le résultat est le fruit des efforts conjoints entre une organisation et son prestataire de services en cloud. D’un point de vue physique, les centres de données externalisés dans un cloud public figurent parmi les sites les plus sûrs de la planète ! D’un point de vue logique cependant, un fournisseur de services en cloud qui offrent tous les certificats de sécurité possibles ne pourra jamais garantir l’intégrité de serveurs, applications ou réseaux spécifiques si vos applications sont mal conçues, mal configurées ou insuffisamment sécurisées. C’est précisément à ce niveau que les informaticiens continuent à jouer un rôle clé pour la réussite du cloud computing. Toutes les mesures de sécurité prises par un prestataire de services en cloud resteront vaines s’il y a des failles dans les pratiques de sécurité de votre organisation.

Pour en savoir plus

Prochaine Cloud mythe

^ Retour au début

#13. Flexibilité

Mythe:

Il n’y a pas beaucoup de sociétés spécialisées dans le cloud computing.

Réalité:

Il y a actuellement quelques centaines de fournisseurs de cloud computing qui proposent une large palette de services. Les principaux acteurs sur le marché du ‘cloud public’ sont Microsoft, Google, Salesforce.com et Amazon. Sur le marché du cloud privé, vous avez le choix entre Microsoft, VMWare, Hewlett-Packard et IBM.

Pour en savoir plus

^ Retour au début

^ Retour au début

^ Retour au début