Exporter (0) Imprimer
Développer tout
Développer Réduire
Ce sujet n'a pas encore été évalué - Évaluez ce sujet

Stratégies de prise en charge et recommandations de Microsoft pour les serveurs Exchange dans les environnements de virtualisation de matériel

 

Dernière rubrique modifiée : 2012-06-06

Cette rubrique décrit les stratégies de prise en charge de Microsoft pour l'exécution des versions actuellement prises en charges de Microsoft Exchange Server en production dans un environnement de virtualisation de matériel. Elle fournit également des recommandations pour l'exécution d'Exchange Server en production dans un environnement de virtualisation de matériel.

Les logiciels de virtualisation de matériel permettent d'exécuter simultanément plusieurs systèmes d'exploitation distincts sur un seul ordinateur physique. Les offres de logiciels suivantes développées par Microsoft incluent des fonctionnalités de virtualisation de matériel :

  • Windows Server 2008 Hyper-V Technology/Microsoft Hyper-V Server   Windows Server 2008 inclut la technologie de virtualisation 64 bits Hyper-V. Il s'agit d'un hyperviseur (couche de logiciel située au-dessus du matériel et au-dessous d'un ou plusieurs systèmes d'exploitation). Pour plus d'informations sur Hyper-V, consultez la page Virtualization and Consolidation with Hyper-V
  • Windows Server 2008 R2 Hyper-V Technology/Microsoft Hyper-V Server   Windows Server 2008 R2 Hyper-V s'appuie sur l'architecture et les fonctions de Windows Server 2008 Hyper-V en ajoutant plusieurs fonctions inédites qui améliorent la flexibilité du produit. Pour plus d'informations sur les fonctions clés et les principaux scénarios de Windows Server 2008 R2 Hyper-V, consultez la page Virtualization with Hyper-V: Overview
  • Microsoft Virtual Server   Le logiciel Virtual Server offre une technologie de virtualisation de serveur développée pour la plate-forme Windows Server System (Windows Server 2003 et Windows Server 2003 R2). Pour plus d'informations sur Microsoft Virtual Server, consultez la page Virtual Server 2005 R2 SP1 Product Overview
  • Microsoft Virtual PC   Le logiciel Virtual PC permet de créer des ordinateurs virtuels distincts sur le bureau Microsoft Windows. Ceux-ci assurent la virtualisation du matériel d'un ordinateur physique. Pour plus d'informations sur Virtual PC, consultez la page Microsoft Virtual PC 2007 Product Information

D'autres logiciels tiers fournissent des fonctionnalités similaires. Pour plus d'informations sur la stratégie de prise en charge de Microsoft pour les logiciels tiers de virtualisation de matériel, consultez les pages suivantes :

Pour obtenir des informations de conception et de dimensionnement, des recommandations et les meilleures pratiques pour l'exécution d'Exchange Server en production dans les environnements de virtualisation de matériel non-Microsoft, contactez l'éditeur de votre logiciel de virtualisation.

Les termes suivants sont utilisés dans cette rubrique :

Hyperviseur

Couche de logiciel située au-dessus du matériel et au-dessous d'un ou plusieurs systèmes d'exploitation.

Racine

Ordinateur physique qui exécute le logiciel de virtualisation de matériel. Dans certains environnements de virtualisation de matériel, cet ordinateur est également appelé ordinateur parent ou hôte.

Invité

Ordinateur virtuel exécuté comme ordinateur enfant d'un environnement de virtualisation de matériel. L'ordinateur virtuel est généralement exécuté à un deuxième ou troisième niveau au-dessus du matériel dans l'ordinateur hôte.

Microsoft prend en charge Exchange Server 2007 en production sur un logiciel de virtualisation de matériel si toutes les conditions suivantes sont remplies :

  • Le logiciel de virtualisation de matériel est Windows Server 2008 avec la technologie Hyper-V, Microsoft Hyper-V Server ou tout hyperviseur validé dans le cadre du programme Windows Server Virtualization Validation Program
  • L'ordinateur virtuel invité Exchange Server présente les caractéristiques suivantes :
    • Il exécute Microsoft Exchange Server 2007 Service Pack 1 (SP1) ou une version ultérieure.
    • Il est déployé sur le système d'exploitation Windows Server 2008 64 bits.
    • Il ne dispose pas du rôle serveur de messagerie unifiée. Tous les rôles serveur Exchange 2007, à l'exception du rôle serveur de messagerie unifiée, sont pris en charge dans un environnement de virtualisation.
    • Il satisfait à toutes les conditions décrites dans la page Configuration requise pour Exchange 2007.
  • Le stockage utilisé par l'ordinateur invité Exchange Server pour le stockage de données Exchange (par exemple, bases de données de boîtes aux lettres ou files d'attente de transport Hub) peut être un stockage virtuel ou de taille fixe (par exemple, disques durs virtuels fixes dans un environnement Hyper-V), stockage direct SCSI ou stockage Internet SCSI (iSCSI). Le stockage direct est un stockage configuré au niveau de l'hôte et dédié à un seul ordinateur invité. Tout stockage utilisé par un ordinateur invité Exchange pour le stockage de données Exchange doit être un stockage au niveau du bloc. Exchange 2010 ne prend pas en charge l'utilisation des volumes NAS (Network Attached Storage). Le stockage NAS présenté à l'hôte comme stockage au niveau du bloc à l'aide de l'hyperviseur n'est pas pris en charge. Les volumes directs doivent être présentés au logiciel de virtualisation de matériel comme un stockage au niveau du bloc. Cela est dû au fait qu'Exchange 2010 ne prend pas en charge l'utilisation des volumes NAS (Network Attached Storage). Les exigences de disque virtuel suivantes s'appliquent aux volumes utilisés pour stocker des données Exchange.
    noteRemarque :
    Dans un environnement Hyper-V, chaque disque dur virtuel fixe doit avoir une taille inférieure à 2,040 Go. Pour les hyperviseurs tiers pris en charge, contactez l'éditeur pour connaître les limites éventuelles applicables de taille de disque.
    • Les disques virtuels à expansion dynamique ne sont pas pris en charge par Exchange.
    • Les disques virtuels qui utilisent des mécanismes de différenciation (tels que les captures instantanées ou disques durs virtuels différentiels d'Hyper-V) ne sont pas pris en charge.
  • Seuls les logiciels de gestion (par exemple, logiciel antivirus, logiciel de sauvegarde, logiciel de gestion des ordinateurs virtuels, etc.) peuvent être déployés sur l'ordinateur racine physique. Aucune autre application serveur (par exemple, Exchange Server, SQL Server, Active Directory ou SAP) ne doit être installée sur l'ordinateur racine. L'ordinateur racine doit être dédié à l'exécution des ordinateurs virtuels invités.
  • Microsoft prend en charge la réplication continue en cluster (CCR) et les clusters à copie unique (SCC) dans les environnements de virtualisation de matériel, à condition que l'environnement de virtualisation n'inclut pas de solutions de clustering ou de migration basées sur l'hyperviseur (par exemple, migration rapide Hyper-V ou VMware ESX vMotion) qui sont configurées pour basculer ou déplacer automatiquement des serveurs de boîtes aux lettres en cluster s'exécutant comme ordinateurs invités entre serveurs racine.
  • Certains hyperviseurs intègrent des fonctionnalités de génération de captures instantanées des ordinateurs virtuels, qui capturent l'état d'un ordinateur virtuel pendant son exécution. Cette fonctionnalité permet de générer plusieurs captures instantanées d'un ordinateur virtuel, puis de restaurer celui-ci dans un état précédent via l'application d'une capture instantanée à l'ordinateur virtuel. Les captures instantanées d'ordinateur virtuel ne sont toutefois pas compatibles avec les applications. Leur utilisation peut avoir des conséquences non souhaitées et inattendues pour une application serveur chargée de conserver les données d'état, telle qu'Exchange Server. Aussi, la génération de captures instantanées d'un ordinateur virtuel Exchange invité n'est-elle pas prise en charge.
  • De nombreux produits de virtualisation de matériel permettent de spécifier le nombre de processeurs virtuels devant être alloués à chaque ordinateur virtuel invité. Les processeurs virtuels dans l'ordinateur virtuel invité partagent un nombre fixe de processeurs logiques dans le système physique. Exchange ne prend pas en charge un ratio processeur virtuel/processeur logique supérieur à 2/1. Par exemple, pour un système biprocesseur basé sur des processeurs quadri-coeur, le système hôte comporte 8 processeurs logiques. Dans un système présentant une telle configuration, vous ne devez pas allouer plus de 16 processeurs virtuels à l'ensemble des ordinateurs virtuels invités.

L'exécution d'Exchange 2007 SP1 sur un ordinateur virtuel invité ne modifie pas les exigences de conception d'Exchange Server pour les applications. L'ordinateur virtuel invité Exchange Server doit toujours être dimensionné correctement de façon à traiter la charge de travail. L'opération de dimensionnement implique une approche similaire, que le serveur Exchange soit virtualisé ou non. De même, les rôles serveur de boîtes aux lettres, serveur d'accès au client et serveur de transport doivent toujours être conçus de manière à allier performances, capacité et fiabilité. Par ailleurs, des ressources suffisantes pour le traitement de la charge sur le système doivent leur être allouées, en fonction des profils d'utilisation du système. Pour obtenir des informations et des conseils sur le dimensionnement des rôles serveur Exchange, consultez les pages suivantes :

De nombreux hyperviseurs incluent des fonctionnalités qui permettent d'ajuster dynamiquement la quantité de RAM disponible pour un ou plusieurs ordinateurs virtuels. Ces fonctionnalités permettent à l'hyperviseur d'allouer de la RAM aux ordinateurs virtuels en fonction des besoins de ces derniers.

Elles sont généralement adaptées aux charges de travail d'ordinateurs virtuels qui utilisent une grande quantité de mémoire au cours de courtes périodes avant de reprendre un fonctionnement classique. Dans ce scénario, l'hyperviseur peut attribuer de la mémoire de manière à répondre aux besoins d'une charge de travail particulière, avant de la récupérer pour les besoins d'autres ordinateurs virtuels. Cependant, il est possible que ces fonctionnalités ne soient pas adaptées aux charges de travail qui utilisent un pool de mémoire particulier de manière régulière.

Plusieurs améliorations des performances proposées par les versions les plus récentes d'Exchange reposent sur une utilisation optimale de l'allocation de RAM dimensionnée correctement. Ceci concerne tout particulièrement les améliorations liées aux réductions lors des opérations d'E/S. Les optimisations de performances s'appuient sur la fonctionnalité Exchange de mise en cache des données dans la RAM. Lorsque la RAM est réduite de façon dynamique, les performances prévues pour le système ne peuvent pas être atteintes. Dans ce scénario, les performances d'Exchange peuvent être réduites ou les utilisateurs finaux peuvent constater une réduction des performances lorsqu'ils se connectent à Exchange. C'est pourquoi, dans le cas des ordinateurs virtuels exécutant Exchange dans un environnement de production, il est recommandé de désactiver le surabonnement de mémoire ou l'allocation de mémoire dynamique. Au lieu de cela, configurez une taille de mémoire statique basée sur les valeurs appropriées pour Exchange 2007.

Pour plus d'informations sur les considérations relatives à la mémoire, consultez la page Planification des configurations de mémoire. Pour plus d'informations sur l'allocation de mémoire dynamique, consultez la section « Application Considerations » du livre blanc de l'équipe Hyper-V Implementing and Configuring Dynamic Memory.

Voici quelques considérations relatives aux ordinateurs virtuels invités Exchange :

  • Le calcul du nombre de processeurs virtuels alloués doit tenir compte de la configuration du système d'exploitation racine. De nombreux produits de virtualisation de matériel (par exemple, Hyper-V) allouent des processeurs virtuels au système d'exploitation de l'ordinateur racine. Le nombre de processeurs virtuels disponibles affectés à l'ordinateur racine varie en fonction du nombre de processeurs et coeurs physiques dans l'ordinateur racine et d'autres paramètres de configuration. Dans le cas de Hyper-V, le nombre de processeurs virtuels affectés à l'ordinateur racine correspond au nombre de coeurs de processeur physique dans l'ordinateur racine. Ce nombre a souvent une valeur supérieure à ce qui est requis pour la plupart des configurations Exchange.
  • Le calcul du nombre total de processeurs virtuels requis pour l'ordinateur racine doit également tenir compte des configurations de système d'exploitation et d'E/S. Dans la plupart des cas, deux processeurs virtuels sont requis dans le système d'exploitation racine pour un système hébergeant des ordinateurs virtuels Exchange. Cette valeur doit être utilisée comme base pour le processeur virtuel du système d'exploitation racine lors du calcul du ratio global coeurs physiques/processeurs virtuels. Si le contrôle des performances du système d'exploitation racine indique que vous consommez davantage d'utilisation processeur que l'équivalent de deux processeurs, vous devez réduire le nombre de processeurs virtuels affectés aux ordinateurs virtuels invités en conséquence et vérifier que le ratio global processeur virtuel/coeurs physiques ne dépasse pas 2:1.
  • La conception du stockage et du réseau de l'ordinateur invité serveur Exchange requiert d'autres considérations pour l'ordinateur racine, notamment, l'impact sur les processeurs de l'ordinateur racine. Dans certains environnements de virtualisation de matériel (tels que Hyper-V), toutes les demandes d'E/S effectuées par les ordinateurs virtuels invités sont traitées via l'ordinateur racine. Dans ce type d'environnement, il est déconseillé de déployer d'autres applications consommatrices d'E/S (par exemple, Microsoft SQL Server) sur les ordinateurs invités hébergés sur le même ordinateur racine que les ordinateurs invités serveurs Exchange.
  • L'ajout d'une couche de virtualisation à un serveur Exchange (pour lequel Exchange est exécuté sur un ordinateur virtuel invité) implique la surveillance des performances et de la disponibilité d'autres composants. Voici d'autres considérations à prendre en compte dans le cadre de la surveillance d'Exchange dans un environnement virtuel :
    • Les cycles de processeur sur l'ordinateur virtuel invité surviennent relativement aux tranches de temps processeur sur l'ordinateur racine. En raison de ce comportement, les valeurs des compteurs de performance liés au processeur sur un ordinateur virtuel invité diffèrent de celles indiquées par l'ordinateur racine. Toutefois, les deux valeurs indiquées par chaque système sont correctes car celles-ci sont basées sur le point de vue du système et le mode de partage des ressources de processeur entre les ordinateurs racine et invité. Pour plus d'informations sur cet aspect dans un environnement Hyper-V, consultez la page Hyper-V: Clocks lie... which performance counters can you trust?
      noteRemarque :
      Le contenu et l'URL de chaque blog sont susceptibles d'être modifiés sans préavis. Le contenu de chaque blog est fourni « TEL QUE » sans garantie et ne confère aucun droit. L'utilisation du code ou des exemples de script est soumis aux conditions spécifiées dans les Conditions d'utilisation Microsoft. 
    • Les compteurs de performance spécifiques à Exchange sont disponibles uniquement sur l'ordinateur invité. L'ordinateur racine publie uniquement des données de performance pour les ressources utilisées directement et les compteurs spécifiques à l'environnement hôte (par exemple, compteurs de performance Hyper-V). L'ordinateur racine ne publie pas de données de performance spécifiques à Exchange.
  • Les ordinateurs virtuels invités sur certains hyperviseurs présentent des tendances d'évolutivité des coeurs de processeur différentes de celles observées sur les ordinateurs physiques. Il convient de soumettre l'ordinateur virtuel invité configuré à un test complet du stress avant de placer celui-ci en production.
  • Certains hyperviseurs incluent des fonctionnalités de contrôle des ressources qui permettent de répartir les ressources entre les ordinateurs invités. Par exemple, dans un environnement Hyper-V, vous pouvez spécifier un pourcentage de ressources de processeur réservé à chaque ordinateur invité (réserve d'ordinateur virtuel). Vous pouvez également spécifier un pourcentage maximal de ressources de processeur utilisable pour chaque ordinateur invité (réserve d'ordinateur virtuel). Vous pouvez également affecter un poids relatif à chaque ordinateur invité pour spécifier le mode d'allocation des ressources lorsque plusieurs ordinateurs invités sont exécutés et doivent se partager les ressources. Dans la plupart des environnements, il n'est pas utile de modifier les valeurs par défaut des paramètres de contrôle des ressources de l'hyperviseur. Il est recommandé de contacter l'éditeur de votre hyperviseur pour obtenir des informations de configuration et de réglage.
  • La prise en charge des boîtes aux lettres volumineuses (par exemple, 1 Go et davantage) requiert d'utiliser des solutions VSS basées sur le matériel ou de réplication continue en cluster. Il n'est pas possible d'utiliser des solutions VSS basées sur le matériel dans un environnement de virtualisation de matériel.

Exchange 2007 inclut diverses fonctionnalités de haute disponibilité et de récupération d'urgence, telles que la réplication continue locale (LCR), la réplication continue en cluster (CCR), la réplication continue de secours (SCR) et les clusters à copie unique (SCC). Les quatre configurations sont prises en charge dans un environnement virtualisé.

Certains logiciels de virtualisation de matériel intègrent des fonctionnalités qui prennent en charge le clustering ou la portabilité des ordinateurs virtuels invités sur plusieurs ordinateurs racines physiques. Par exemple, Hyper-V inclut une solution en cluster (appelée migration rapide) qui combine les ordinateurs hôtes Hyper-V et le clustering avec basculement Windows. Pour plus d'informations sur la migration rapide, vous pouvez télécharger le document Quick Migration with Hyper-V White Paper Avec les systèmes d'exploitation Windows Server 2008 Enterprise et Windows Server 2008 Datacenter, vous pouvez exécuter chaque serveur qui fournit des services de client comme ordinateur virtuel invité sur un serveur physique et configurer le serveur physique comme noeud dans un cluster de basculement (groupe d'ordinateurs connectés qui fonctionnent conjointement pour assurer une redondance pour les services). Dans cette configuration, les autres serveurs physiques du cluster sont prêts à prendre en charge les ordinateurs virtuels invités lorsque cela est nécessaire via la migration rapide. L'impact de la migration rapide sur un ordinateur invité dépend de la nature de l'interruption :

  • Interruptions programmées   Une interruption programmée survient lorsque l'administrateur déplace manuellement des ressources en cluster vers un autre noeud du cluster. Dans ce scénario, l'état de l'ordinateur invité est suspendu et enregistré, les ressources sont transférées vers le noeud spécifié et l'ordinateur invité est repris à partir de l'état enregistré sur le noeud spécifié. Dans la perspective d'Exchange, seules des interruptions de connexion TCP sont généralement observées sur le serveur. Les clients subissent une interruption de service lors du processus de migration. Les utilisateurs Microsoft Office Outlook en mode Exchange mis en cache et les clients Exchange ActiveSync sont brièvement déconnectés. Les utilisateurs Outlook en mode en ligne, de même que les utilisateurs Office Outlook Web Access, POP3 et IMAP4 ne peuvent pas accéder à leur boîte aux lettres. La durée de l'interruption dépend du délai requis pour la suspension, le déplacement et la reprise de l'ordinateur virtuel. Elle est fortement influencée par la connectivité du stockage et la taille de mémoire de l'ordinateur virtuel.
  • Interruptions non programmées   Une interruption non programmée survient lorsqu'une défaillance affecte un noeud actif au point de déclencher les stratégies de basculement de cluster. Par exemple, si le noeud actif n'est plus alimenté ou rencontre une défaillance logicielle ou matérielle catastrophique. Dans ce scénario, l'ordinateur invité subit une panne de courant inattendue. Sur un ordinateur invité Exchange qui héberge le rôle serveur de boîtes aux lettres, les bases de données sont mises dans un état d'arrêt incorrect en raison de l'arrêt inattendu. Lorsque l'ordinateur invité Exchange est redémarré, Exchange exécute ses processus intégrés de récupération sur incident et relit les fichiers journaux de toutes les bases de données. Le délai de récupération complète dépend du nombre de fichiers journaux à relire. Tous les fichiers journaux générés après le point de contrôle doivent être relus. Vous pouvez généralement obtenir un taux de relecture d'au moins deux fichiers journaux par seconde.

Il est recommandé d'utiliser les solutions de haute disponibilité Exchange Server pour les serveurs Exchange virtualisés plutôt que les solutions de clustering ou de portabilité fournies par un hyperviseur (telles que la fonctionnalité de migration rapide de Hyper-V). Les fonctionnalités d'Exchange Server (notamment, la réplication continue en cluster (CCR)) offrent des avantages supérieurs à ceux offerts par les solutions d'hyperviseur qui déplacent les ordinateurs virtuels entre les ordinateurs racines physiques.

Le mécanisme intégré de réplication des données dans Exchange (réplication continue) peut être combiné avec le clustering avec basculement Windows dans une configuration appelée CCR. La CCR peut être déployée dans un environnement de virtualisation de matériel. Elle offre ainsi une solution de disponibilité des services et des données pour Exchange 2007 dans un environnement virtualisé. Dans un environnement de CCR (ou de SCC) virtualisé, chaque ordinateur invité correspondant à un noeud du cluster doit être hébergé sur des ordinateurs racines physiques pour fournir une redondance et une haute disponibilité véritables.

noteRemarque :
Le déploiement de la CCR ou d'un SCC à l'aide d'une combinaison de noeuds physiques et de noeuds virtuels est pris en charge. Comme pour toutes les configurations de haute disponibilité Exchange, vous devez vérifier que tous les noeuds sont correctement dimensionnés de façon à traiter la charge de travail complète lors des interruptions programmées et non programmées.

Il est déconseillé d'utiliser la migration des ordinateurs virtuels basée sur l'hyperviseur (telle que la migration rapide de Hyper-V) pour les serveurs Exchange virtualisés. Dans une configuration de migration des ordinateurs virtuels, une interruption non programmée peut provoquer une perte de données. Dans un environnement de CCR, ce type de perte de données est largement minimisé par la fonctionnalité de benne de transport. Celle-ci profite de la redondance dans l'environnement pour réclamer une partie des données affectées par le basculement. Pour plus d'informations, consultez la page Réplication continue en cluster.

Les différences entre les solutions de migration des ordinateurs virtuels et la CCR (dans le cadre d'un déploiement dans un environnement de virtualisation de matériel) sont indiquées dans le tableau suivant :

Migration des ordinateurs virtuels et réplication continue en cluster

  Migration des ordinateurs virtuels Réplication continue en cluster

Détection des pulsations du système d'exploitation

Oui

Oui

Détection des pulsations des serveurs Exchange

Non

Oui

Copies des données Exchange

1

2

Stockage partagé requis

Oui

Non

Prise en charge de la sauvegarde compatible avec Exchange à partir du noeud passif

Non

Oui

Exchange Server présente des besoins en E/S importants. Lors du déploiement de serveurs Exchange volumineux sur des ordinateurs virtuels invités, il est recommandé d'utiliser des disques amovibles pour le stockage des données. L'implémentation actuelle de VSS dans Hyper-V ne prend pas en charge les sauvegardes basées sur la racine pour les disques amovibles ou les disques iSCSI connectés à un initiateur iSCSI sur l'ordinateur virtuel invité. Par conséquent, les sauvegardes VSS d'un ordinateur virtuel invité Exchange effectuées sur l'ordinateur racine ne sont pas prises en charge pour les disques amovibles ou les disques iSCSI connectés sur l'ordinateur virtuel invité.

Pour effectuer des sauvegardes prises en charge d'un serveur Exchange virtualisé à l'aide d'un de ces types de stockage, vous devez procéder à l'opération sur l'ordinateur virtuel invité. Vous pouvez utiliser un logiciel de sauvegarde qui prend en charge les API de sauvegarde en continu ESE ou une solution VSS logicielle compatible avec Exchange (par exemple, Microsoft System Center Data Protection Manager).

La sauvegarde VSS d'un ordinateur virtuel invité Exchange générée depuis l'ordinateur racine est prise en charge lorsque des disques durs virtuels Hyper-V sont utilisés.

Certaines solutions de stockage incluent des méthodes prises en charge par le fournisseur du stockage pour obtenir directement des sauvegardes VSS basées sur le matériel des volumes de stockage. La prise en charge de ces méthodes de sauvegarde est assurée par le fournisseur du stockage et non par Microsoft.

Il est recommandé d'utiliser des numéros d'unité logique distincts protégés à l'aide de contrôleurs RAID pour le système d'exploitation hôte, chaque disque du système d'exploitation invité et le stockage des ordinateurs virtuels. Les numéros d'unité logique des bases des données et fichiers journaux doivent être isolés conformément aux meilleures pratiques de stockage Exchange 2007. Les exigences de stockage et meilleures pratiques relatives à Exchange 2007 s'appliquent aux serveurs Exchange exécutés dans un environnement de virtualisation de matériel. Pour plus d'informations sur les exigences, recommandations et meilleures pratiques en matière de stockage pour Exchange 2007, consultez la page Planification du stockage sur disque.

La figure suivante illustre la configuration de stockage d'Exchange 2007 dans un environnement Hyper-V.

Stockage Hyper-V et Exchange

Le système d'exploitation d'un ordinateur invité Exchange doit utiliser un disque d'une taille minimale d'au moins 15 Go plus la taille de la mémoire virtuelle allouée à l'ordinateur invité. Cette exigence est nécessaire pour tenir compte de la configuration requise du disque pour le système d'exploitation et le fichier de pagination. Par exemple, si 16 Go de mémoire sont affectés à l'ordinateur invité, un minimum de 31 Go d'espace disque est requis pour le disque du système d'exploitation.

Par ailleurs, il se peut que la communication directe entre les ordinateurs virtuels invités et les adaptateurs de bus hôte SCSI ou Fibre Channel installés sur l'ordinateur racine soit empêchée. Dans ce cas, vous devez configurer les adaptateurs dans le système d'exploitation de l'ordinateur racine et présenter les numéros d'unité logique aux ordinateurs virtuels invités comme disque virtuel ou disque amovible.

Un espace disque minimal est requis pour chaque ordinateur racine :

  • Les ordinateurs racines dans certaines application de virtualisation de matériel requièrent de l'espace de stockage pour un système d'exploitation et ses composants. Par exemple, dans le cadre de l'exécution de Windows Server 2008 avec Hyper-V, un minimum de 10 Go est requis pour satisfaire aux exigences indiquées dans la page Windows Server 2008 System Requirements (en anglais) pour le système d'exploitation. Un espace de stockage supplémentaire est également requis pour prendre en charge le fichier de pagination, les logiciels de gestion et les fichiers de récupération sur incident (vidage) du système d'exploitation.
  • Certains hyperviseurs conservent des fichiers sur l'ordinateur racine qui sont uniques à chaque ordinateur virtuel invité. Par exemple, dans un environnement Hyper-V, un fichier de stockage de mémoire temporaire (fichier BIN) est créé et conservé pour chaque ordinateur invité. La taille de chaque fichier BIN correspond au volume de mémoire alloué à l'ordinateur invité. D'autres fichiers peuvent également être créés et conservés sur l'ordinateur hôte pour chaque ordinateur invité.

Voici les exigences et recommandations pour le stockage connecté à un serveur Exchange virtualisé :

  • À chaque ordinateur invité Exchange Server doit être alloué un espace de stockage suffisant sur l'ordinateur racine pour le disque contenant le système d'exploitation de l'ordinateur invité, les fichiers de stockage de mémoire temporaire utilisés et les fichiers des ordinateurs virtuels hébergés sur l'ordinateur hôte. Pour chaque ordinateur invité Exchange, vous devez également allouer un stockage suffisant pour les files d'attente des messages sur les serveurs de transport Edge et Hub, ainsi que pour les bases de données et fichiers journaux sur les serveurs de boîtes aux lettres.
  • Le stockage utilisé par Exchange doit être hébergé en piles de disque distinctes du stockage hébergeant le système d'exploitation de l'ordinateur virtuel invité.
  • Il se peut que les disques virtuels présentent des performances inférieures aux autres types de disque. Vous devez consulter la documentation relative aux performances et à l'évolutivité de l'éditeur de votre hyperviseur pour comprendre en quoi les E/S Exchange peuvent être affectées par l'utilisation de diverses options de stockage.
  • Il est recommandé d'utiliser un stockage amovible SCSI pour héberger les bases de données de transport et de boîtes aux lettres, et les fichiers du journal des transactions. Si l'utilisation de disques amovibles limite la portabilité des ordinateurs virtuels, cette configuration a montré les meilleures performances entre toutes les options de stockage pour un serveur Exchange virtualisé.
  • Dans le cadre de l'utilisation d'un stockage iSCSI, les meilleures performances sont obtenues lorsque le composant Initiateur iSCSI est configuré sur l'ordinateur hôte et que les disques sont présentés à l'ordinateur invité comme disques amovibles. Il est recommandé d'utiliser des débits Gigabit Ethernet ou supérieurs pour le stockage iSCSI et d'isoler le réseau de stockage iSCSI du reste du trafic. Il est également recommandé d'utiliser des cartes d'interface réseau physiques dédiées pour le trafic réseau iSCSI. Dans un environnement Hyper-V, il est en outre recommandé que les cartes réseau iSCSI physiques dédiées soient configurées pour utiliser des trames Jumbo et ne soient pas liées à un commutateur virtuel de réseau.
  • La configuration du stockage iSCSI pour l'utilisation d'un initiateur iSCSI sur un ordinateur virtuel invité Exchange est prise en charge. Cette configuration présente toutefois des performances réduites car la pile de mise en réseau d'un ordinateur virtuel inclut moins de fonctionnalités qu'une pile de mise en réseau non virtualisé (par exemple, une pile de mise en réseau virtuel ne prend pas en charge les trames Jumbo). Toutefois, comme le stockage iSCSI est connecté directement à l'initiateur iSCSI de l'ordinateur invité et non configuré comme disque amovible, l'ordinateur virtuel présente une portabilité supérieure.

Il est recommandé de procéder à des configurations spécifiques du réseau lors de l'exécution d'Exchange 2007 dans un environnement de virtualisation de matériel. Ces configurations se basent sur le déploiement ou non d'Exchange pour la haute disponibilité.

Pour les environnements non déployés à des fins de haute disponibilité (par exemple, ni CCR, ni SCC, ni migration rapide), il est recommandé de vous conformer aux directives en matière de déploiement et de planification fournies par le fournisseur de votre hyperviseur. Par exemple, dans le cas d'Hyper-V, il est recommandé de suivre les conseils des guides Hyper-V Planning and Deployment Guide et Microsoft Hyper-V Server 2008 Configuration Guide

Pour les environnements déployés à des fins de haute disponibilité (par exemple, CCR ou SCC), il est recommandé d'installer au minimum deux cartes d'interface réseau physiques sur l'ordinateur racine. La première doit être dédiée à l'ordinateur racine de l'hyperviseur, la seconde aux ordinateurs virtuels invités. D'autres cartes d'interface réseau physiques doivent servir au stockage iSCSI utilisé par l'ordinateur racine ou invité.

noteRemarque :
Si vous déployez des ordinateurs invités d'accès au client ou de transport Hub dans Hyper-V, qui sont également configurés pour la haute disponibilité à l'aide de l'équilibrage de la charge réseau, vous devez installer le correctif décrit dans l'article 953828 « L'hôte d'équilibrage de la charge réseau ne converge pas comme prévu sur les ordinateurs virtuels Windows Server 2008 Hyper-V ». Pour plus d'informations sur la procédure d'installation et de configuration de l'équilibrage de la charge réseau, consultez la page Network Load Balancing Deployment Guide

Microsoft prend en charge Exchange Server 2003 en production sur un logiciel de virtualisation de matériel (ordinateurs virtuels) si toutes les conditions suivantes sont remplies :

  • Le logiciel de virtualisation de matériel est Microsoft Virtual Server 2005 R2 ou une version ultérieure de Microsoft Virtual Server.
  • La version d'Exchange Server exécutée sur l'ordinateur virtuel est Microsoft Exchange Server 2003 avec Service Pack 2 (SP2) ou une version ultérieure.
  • Microsoft Virtual Server 2005 R2 Virtual Machine Additions est installé sur le système d'exploitation invité.
  • Exchange Server 2003 est configuré comme serveur autonome et ne fait pas partie d'un cluster de basculement Windows.
  • Le pilote SCSI installé sur le système d'exploitation invité correspond au pilote de contrôleur SCSI PCI de la machine virtuelle Microsoft.
  • La fonctionnalité Annuler du disque dur virtuel est désactivée pour l'ordinateur virtuel Exchange.
    noteRemarque :
    Lorsqu'un adaptateur SCSI Microsoft Virtual Server est ajouté à un ordinateur virtuel une fois Virtual Machine Additions installé, le système d'exploitation invité détecte et installe un pilote SCSI Adaptec générique. Dans ce cas, Virtual Machine Additions doit être supprimé, puis réinstallé pour que le pilote SCSI approprié soit installé sur le système d'exploitation invité.

Pour vérifier que le pilote SCSI est installé sur le système d'exploitation invité, procédez comme suit :

  1. Sur le système d'exploitation invité, cliquez avec le bouton droit sur Poste de travail, puis cliquez sur Gérer.
  2. Sous Outils système, cliquez sur Gestionnaire de périphériques.
  3. Sous Contrôleurs SCSI et RAID, vérifiez que le Contrôleur SCSI PCI de la machine virtuelle Microsoft est indiqué. Si un autre pilote est indiqué, vous devez réinstaller Virtual Machine Additions. Par exemple, si le pilote Adaptec est indiqué, vous devez réinstaller Virtual Machine Additions.
    noteRemarque :
    Si l'ordinateur virtuel est configuré pour utiliser un contrôleur IDE uniquement, aucune action n'est requise.

Lorsque vous envisagez de déployer Exchange Server 2003 SP2 dans un environnement virtualisé, les mêmes aspects relatifs aux performances et à l'évolutivité décrits dans la page Guide des performances et de l'évolutivité d'Exchange Server 2003 s'appliquent lors du dimensionnement de chaque ordinateur virtuel pour Exchange Server 2003.

Toutefois, certains facteurs affectent directement les performances et l'évolutivité d'Exchange Server 2003 en cas d'exécution sous Virtual Server 2005 R2. Ces facteurs doivent être pris en compte lors du dimensionnement des configurations d'hôtes et des configurations d'invités.

Voici les facteurs à prendre en compte en relation avec la configuration des ordinateurs virtuels :

  • Chaque ordinateur virtuel ne peut avoir qu'un processeur. Ceci réduit la puissance de traitement de l'installation Exchange virtualisée. Le serveur doit être dimensionné de manière à ce qu'un seul processeur puisse traiter la charge estimée sur le serveur. Par ailleurs, le nombre d'ordinateurs virtuels exécutés simultanément sur l'ordinateur hôte affecte les performances globales du système entier.
  • Lors du dimensionnement de la capacité de disque de l'ordinateur virtuel, vous devez tenir compte du délai requis pour l'exécution d'une sauvegarde en ligne complète des données Exchange Server sur le réseau. Envisagez d'ajouter un adaptateur réseau virtuel dédié pour les sauvegardes Exchange Server.
    noteRemarque :
    Si vous pouvez effectuer une sauvegarde en mode hors connexion des fichiers du disque dur virtuel (.VHD) au niveau de l'hôte, il reste nécessaire d'effectuer une sauvegarde normale d'Exchange Server. Pour plus d'informations sur les processus de sauvegarde et de restauration d'Exchange Server, consultez la page Guide des opérations de récupération d'urgence de Microsoft Exchange Server 2003.
  • Créez des disques virtuels distincts à taille fixe pour les bases de données et fichiers journaux Exchange Server et stockez-les sur des lecteurs physiques distincts sur le serveur hôte.
  • Les performances d'Exchange Server doivent être validées avant la production à l'aide des outils de performance d'Exchange Server 2003. Pour plus d'informations sur ces outils, consultez la page Guide des performances et de l'évolutivité d'Exchange Server 2003.

Voici les facteurs à prendre en compte en relation avec la configuration des hôtes :

  • Vérifiez que le serveur qui exécute Virtual Server 2005 R2 est correctement dimensionné pour traiter le nombre d'ordinateurs virtuels que vous envisagez de déployer. Cette estimation doit inclure le processeur, la mémoire, les adaptateurs réseau et la configuration de disque.
  • Utilisez une solution de disque dur permettant un accès rapide. Vous pouvez utiliser un disque dur SCSI, un contrôleur RAID ou un réseau SAN pour enregistrer les fichiers .VHD utilisés par les données Exchange Server.
  • Si un programme antivirus est installé sur l'hôte, il doit être configuré de manière à ne pas analyser les fichiers .VHD.

Microsoft ne prend pas en charge les versions de Microsoft Exchange Server antérieures à Exchange Server 2003 en production dans les environnements de virtualisation de matériel. Cette stratégie s'applique à Exchange 2000 Server, Exchange 2000 Conferencing Server, Exchange Server 5.5 et toutes les versions antérieures d'Exchange Server.

 
Cela vous a-t-il été utile ?
(1500 caractères restants)
Merci pour vos suggestions.
Afficher:
© 2014 Microsoft. Tous droits réservés.