Exporter (0) Imprimer
Développer tout

Forum aux questions : Disques durs virtuels sous Windows 7 et Windows Server 2008 R2

Mis à jour: octobre 2010

S'applique à: Windows 7, Windows Server 2008 R2

Vous trouverez, dans cet article, les réponses aux questions les plus fréquentes sur les disques durs virtuels (VHD) sous Windows 7 et Windows Server 2008 R2.

En quoi consiste un démarrage natif de disque dur virtuel ?

Sous Windows 7 et Windows Server 2008 R2, vous pouvez configurer un VHD pour le démarrage natif. Cela signifie qu'un disque dur virtuel peut être utilisé comme système d'exploitation exécuté sur un matériel désigné sans aucun autre ordinateur virtuel, hyperviseur ou système d'exploitation parent. De plus, si vous utilisez le démarrage natif, vous disposez d'un accès complet à tous les périphériques et volumes de système de fichiers sur l'ordinateur physique, y compris les volumes contenus dans le VHD. En revanche, lorsque vous exécutez Windows sur un ordinateur virtuel, un seul volume de système de fichiers du disque virtuel (volume C:) est généralement mis à la disposition des ordinateurs invités (sauf si vous partagez un autre volume avec l’ordinateur virtuel).

Notez les fonctionnalités suivantes disponibles lors du démarrage natif :

  • Le démarrage natif à partir d'un disque dur virtuel est disponible dans Windows 7 Entreprise, Windows 7 Édition Intégrale et toutes les versions de Windows Server 2008 R2.

  • Lorsque vous effectuez un démarrage natif, les partitions de système de fichiers contenues dans le VHD sont automatiquement attachées et les volumes virtuels sont visibles.

  • Le démarrage natif prend en charge les trois types de fichiers VHD : de taille fixe, de taille dynamique et de différenciation. Lors du démarrage natif depuis un VHD de taille dynamique, la taille du fichier VHD s’agrandit automatiquement jusqu’à ce qu’elle corresponde à la taille maximale. Si le volume hôte physique du fichier VHD ne dispose pas de suffisamment d'espace pour la taille maximale du VHD de taille dynamique, le processus de démarrage échoue.

  • Le démarrage natif est pris en charge sur les ordinateurs équipés de microprogrammes BIOS ou UEFI.

Pour obtenir des instructions de configuration d'un ordinateur pour le démarrage natif à partir d'un VHD, consultez les ressources suivantes : .

Quels sont les différents types de fichiers VHD ?

Il existe trois types de fichiers VHD : de taille fixe, de taille dynamique et de différenciation. Vous pouvez créer ces fichiers en utilisant le Gestionnaire Hyper-V™ ou les outils de gestion des disques Windows. Pour obtenir des instructions de création et configuration de disques durs virtuels, consultez Creating Virtual Hard Disks.

 

Type Explication

Fixe

Un disque dur virtuel fixe dispose d'une taille allouée qui ne change pas. Par exemple, si vous créez un disque dur virtuel fixe de 24 gigaoctets (Go), le fichier fait environ 24 Go (une partie de l'espace étant utilisé pour la structure interne du disque dur virtuel) quelles que soient les données qu'il contient.

De taille dynamique.

La taille d'un disque dur virtuel de taille dynamique est aussi volumineuse que les données qu'il contient. La taille du fichier s'agrandit de façon dynamique au fur et à mesure que des données y sont écrites, jusqu'à atteindre la taille maximale. Par exemple, un disque dur virtuel de taille dynamique de 24 Go est d'environ 80 mégaoctets (Mo) sur le système de fichiers hôte. Au fur et à mesure que des données sont écrites sur le disque dur virtuel, la taille du fichier augmente, jusqu'à la taille maximale de 24 Go.

Différenciation

Ce type de fichier est semblable au fichier de disque de taille dynamique, à l'exception qu'il contient uniquement les blocs modifiés d'un disque dur virtuel parent associé. Le disque dur virtuel parent est en lecture seule, vous devez donc apporter toutes les modifications au disque dur virtuel de différenciation. Un disque dur virtuel de différenciation est parfois appelé disque dur virtuel « enfant ». Le type du disque dur virtuel parent peut être l'un des trois mentionnés, y compris un autre disque de différenciation. Plusieurs disques durs virtuels de différenciation forment une chaîne de différenciation. Notez la configuration requise suivante pour les disques durs virtuels de différenciation :

  • Vous ne devez pas modifier le parent d'un disque dur virtuel de différenciation. Si vous modifiez le disque dur virtuel parent ou que vous le remplacez par un autre disque dur virtuel (même s’il porte le même nom), la structure des blocs ne correspond plus entre le parent et le disque de différenciation, et ce dernier est endommagé.

  • Vous devez garder les deux fichiers (le disque dur virtuel parent et le disque dur virtuel de différenciation) dans le même répertoire sur un volume local pour les scénarios de démarrage natif. Pour les disques durs virtuels de démarrage natif, le disque parent et le disque de différenciation ne peuvent pas se trouver sur deux volumes différents, même s’ils résident sur le même disque local. Cependant, lorsque vous attachez un disque dur virtuel de différenciation non utilisé pour le démarrage natif (par exemple, si vous prévoyez de l'utiliser pour la gestion des images), le disque dur virtuel parent peut se trouver dans un autre répertoire, sur un autre volume ou même sur un partage distant.

Pourquoi les disques durs virtuels de taille fixe sont-ils recommandés pour la production ?

Les disques durs virtuels de taille fixe sont recommandés pour les environnements de production plutôt que les disques de taille dynamique ou de différenciation pour les raisons suivantes :

  • Les performances d’E/S sont plus élevées pour les disques durs virtuels de taille fixe car le fichier ne se développe pas dynamiquement.

  • Lorsqu'un disque de taille dynamique est développé, le volume hôte peut ne plus avoir d'espace disponible et entraîner l'échec des opérations d'écriture. L'utilisation des disques durs virtuels de taille fixe garantit que cette situation ne se produise pas.

  • Les données des fichiers ne peuvent plus devenir incohérentes en raison d'un manque d'espace ou d'une coupure d'alimentation. Les disques durs virtuels de taille dynamique et de différenciation dépendent de plusieurs opérations d’écriture pour développer le fichier. Les informations d’allocation de blocs internes sont susceptibles de ne plus être cohérentes si toutes les opérations d’E/S sur le fichier VHD et le volume hôte se sont pas effectuées et conservées sur le disque physique. Cette situation peut se présenter si l'ordinateur subit une coupure d'alimentation soudaine.

Dans quel cas convient-il d'utiliser des disques durs virtuels de taille dynamique ?

Les VHD de taille dynamique s'avèrent très utiles dans des environnements de non-production dans lesquels les besoins flexibles en espace de stockage et la possibilité de changer fréquemment l'image VHD constituent un atout supérieur à la fiabilité des données contenues sur le disque dur virtuel. En outre, les disques durs virtuels de taille dynamique sont plus adaptés aux environnements de test car l'impact est moindre si vous devez recréer le VHD. Par exemple, un environnement de test peut utiliser plusieurs disques durs virtuels de taille dynamique, chacun avec une image système Windows et un jeu d'applications différents à tester. Si les fichiers VHD sont modifiés lors du test ou sont accidentellement endommagés, vous pouvez remplacer les disques durs virtuels à partir d'une copie sure et redémarrer le test.

L'utilisation des disques durs virtuels de taille dynamique dans un environnement de test présente les avantages suivants :

  • Utilisation flexible de l'espace disque. Vous pouvez utiliser l'espace libre pour que le disque dur virtuel se développe lors du démarrage natif du VHD. L'espace ne serait pas disponible si le volume hébergeait plusieurs disques durs virtuels fixes.

  • Vitesse de transfert plus élevée lors de copie de disques durs virtuels d'un emplacement à un autre. La taille de fichier d’un VHD de taille dynamique qui n’utilise pas sa capacité maximale met moins de temps pour effectuer un transfert entre un partage réseau et un disque local qu’un VHD fixe de taille maximale équivalente.

Bien que cela soit rare, vous pouvez envisager d'utiliser des disques durs virtuels de taille dynamique en environnement de production si 1) l'intégralité du contenu du VHD de taille dynamique peut être régénéré à partir d'autres sources et 2) si les données critiques sont stockées sur des volumes en dehors du VHD de taille dynamique.

Que signifie créer, attacher et détacher des disques durs virtuels ?

Les outils de gestion des disques (outil en ligne de commande DiskPart et console de gestion des disques) permettent de créer, attacher et détacher des disques durs virtuels.

  • Créer. Vous pouvez créer un disque dur virtuel du type et de la taille que vous spécifiez. Lorsque vous créez un disque dur virtuel pour la première fois, celui-ci est similaire à un disque dur non initialisé. Vous pouvez créer une ou plusieurs partitions sur le disque virtuel et leur attribuer le format FAT, ExFAT ou NTFS.

  • Attacher. Lorsque vous attachez un disque dur virtuel, celui-ci est activé et apparaît sur l'ordinateur hôte comme disque dur local. Cette opération est également appelée « exposer un disque dur virtuel » car le VHD est alors visible pour les utilisateurs. Si le VHD a déjà une partition de disque et un volume de système de fichiers lorsque vous l'attachez, une lettre de lecteur est assignée au volume contenu dans le disque dur virtuel. La lettre de lecteur assignée peut alors être utilisée, comme lorsque vous insérez un disque mémoire flash USB sur le connecteur USB. Tous les utilisateurs (pas seulement l'utilisateur actuel) peuvent utiliser le VHD attaché de la même façon qu'ils utilisent les autres volumes sur les disques durs virtuels physiques locaux (selon les autorisations de sécurité). De plus, étant donné que vous pouvez attacher un VHD résidant sur un bloc de message serveur (SMB) distant, vous pouvez gérer vos images à distance.

  • Détacher. Lorsque vous détachez un VHD, il n'apparaît plus sur l'ordinateur hôte. Lorsqu'un VHD est détaché, vous pouvez le copier à d'autres emplacements.

Existe-t-il des restrictions dont je dois tenir compte lors de l'attachement de disques durs virtuels ?

Notez les restrictions suivantes pour l'attachement des disques durs virtuels :

  • Vous devez disposer des privilèges de gestion des volumes (octroyés par défaut uniquement aux administrateurs) pour attacher un VHD car cette opération équivaut à mettre en ligne un disque dur ou un volume.

  • Vous pouvez uniquement attacher un disque dur virtuel qui se trouve sur un volume NTFS. Néanmoins, si vous disposez déjà d’un fichier VHD, vous pouvez le placer sur n’importe quel volume FAT, ExFAT, NTFS ou UDFS à des fins de stockage ou de transfert.

  • Vous ne pouvez pas attacher un disque dur virtuel qui a été compressé par NTFS ou chiffré à l'aide du système de fichiers EFS (Encrypting File System) sur le volume hôte. Toutefois, vous pouvez compresser ou chiffrer les volumes du VHD si la compression et le chiffrement sont pris en charge.

  • Vous ne pouvez pas configurer deux VHD attachés comme un disque dur virtuel de taille dynamique. Un disque dur virtuel de taille dynamique est un disque physique initialisé pour le stockage dynamique. Il contient des volumes dynamiques, tels que des volumes simples, fractionnés, agrégés par bande ou en miroir, ou encore des volumes RAID-5.

  • Vous pouvez attacher un disque dur virtuel qui se trouve sur un serveur NFS (Network File System) ou FTP (File Transfer Protocol). Cependant, comme mentionné précédemment, vous pouvez attacher un VHD qui se trouve sur un partage de bloc de message serveur (SMB).

  • Vous ne pouvez pas utiliser la mise en cache côté client sur le partage SMB distant pour attacher un VHD. Si vous utilisez un partage de fichiers réseau pour stocker les fichiers VHD que vous souhaitez attacher à distance, modifiez les propriétés de mise en cache du partage pour désactiver la mise en cache automatique.

  • Vous pouvez uniquement attacher deux disques durs virtuels imbriqués. Lorsque vous créez un disque dur virtuel dans un autre disque dur virtuel, il est désigné comme étant imbriqué. Vous ne pouvez pas imbriquer plus de deux disques durs virtuels. Vous pouvez donc attacher un VHD dans un autre VHD attaché, mais vous ne pouvez pas en attacher un troisième.

    Par exemple, vous disposez d’un VHD sur un ordinateur à l’emplacement suivant : C:\vhd\ExempleFixe.vhd. Dans ExempleFixe.vhd, vous créez une partition, vous initialisez un volume de système de fichiers NTFS et vous affectez la lettre M au volume. Vous créez ensuite un autre VHD dans le chemin d’accès M:\vhd\ImbriquéFixe.vhd. Le fichier ImbriquéFixe.vhd est appelé VHD imbriqué car il est créé sur le volume de système de fichiers au sein du premier VHD. Si vous attachez les deux disques durs virtuels (C:\vhd\ExempleFixe.vhd et M:\vhd\ImbriquéFixe.vhd), les lecteurs N: et M sont disponibles sur l’ordinateur pour les utilisateurs.

  • Lorsqu’un système d’exploitation redémarre, les disques durs virtuels attachés avant le redémarrage ne sont pas automatiquement attachés. Si vous effectuez un démarrage natif d'un VHD, seules les partitions de système de fichiers contenues dans le disque dur virtuel sont automatiquement attachées. Si vous aviez attaché d'autres disques durs virtuels du volume physique au cours d'un démarrage précédent, ils ne sont pas attachés automatiquement.

Quelles sont les recommandations d'utilisation des disques durs virtuels pour le démarrage natif ?

Utilisez la meilleure pratique suivante lorsque vous utilisez des disques durs virtuels pour le démarrage natif.

  • Stockez toutes les données critiques en dehors des disques durs virtuels de démarrage natif. Lorsque vous stockez des données importantes en dehors du disque dur virtuel qui contient l’image de démarrage Windows, il est plus facile de récupérer les données si le disque dur virtuel est inutilisable.

  • Utilisez des disques durs virtuels de taille fixe pour les environnements de production. Vous pouvez utiliser les trois types de fichiers VHD (de taille fixe, de taille dynamique et de différenciation) pour le démarrage natif, mais nous vous recommandons d’utiliser des disques durs virtuels de taille fixe pour les environnements de production, et d’utiliser des disques durs virtuels de taille dynamique ou de différenciation pour les environnements de développement et de test.

  • Créez des fichiers VHD dont la taille maximale est supérieure à l’espace disque minimal requis pour le système d’exploitation. Lorsque vous créez un VHD utilisé pour le démarrage natif, la taille maximale du VHD doit être supérieure à l'espace disque minimal requis pour le système d'exploitation que vous envisagez de déployer. L'espace disque minimal requis est de 16 Go pour Windows 7 et de 10 Go (mais 40 Go recommandés) pour Windows Server 2008 R2. Le VHD contient des informations supplémentaires sur le disque virtuel, vous devez donc ajouter environ 100 Mo lors de la spécification de la taille maximale du VHD.

  • Assurez-vous que le volume hôte dispose de suffisamment d'espace pour les fichiers d'échange (Pagefile.sys). Lors d’un démarrage natif, un VHD de taille dynamique est automatiquement développé à la taille maximale sur le volume hôte, et le fichier de pagination est créé sur le volume hôte en dehors du volume virtuel. Les fichiers d’échange doivent se trouver sur un volume physique en dehors du VHD, dans un souci de performances système. Si le volume hôte ne dispose pas d'assez d'espace pour accueillir un fichier d'échange, Windows tente de trouver l'espace suffisant sur un autre volume. La taille du fichier d'échange dépend de la quantité de mémoire RAM physique disponible sur le système (estimez environ 5 Go d'espace disponible en plus de la taille maximale du fichier VHD).

    noteRemarque
    Lorsque Windows est exécuté sur un ordinateur virtuel, un fichier d'échange est créé à l'intérieur du VHD car le volume système dans le disque virtuel peut être utilisé pour l'échange.

  • Exécutez Sysprep pour généraliser l'image avant d'utiliser un VHD pour le démarrage natif sur un autre ordinateur. La commande Sysprep generalize prépare une image Windows installée sur une partition physique ou sur un VHD de démarrage natif à utiliser sur un autre ordinateur. Après avoir exécuté Sysprep, vous pouvez copier le VHD sur plusieurs ordinateurs physiques ou virtuels de démarrage natif. Au cours du premier démarrage depuis le VHD, Windows procède à l'étape de spécialisation-configuration afin de détecter les périphériques matériels et d'initialiser Windows pour qu'il s'exécute sur le nouvel ordinateur.

Quelles fonctionnalités ne sont pas prises en charge pour le démarrage natif à l'aide de disques durs virtuels ?

Les disques durs virtuels de démarrage natif ne prennent pas en charge toutes les fonctionnalités disponibles lorsque Windows est installé ou déployé sur un disque physique. Prenez en compte les limitations du démarrage de Windows à partir d'un VHD lorsque vous envisagez le déploiement de Windows dans votre environnement. Les scénarios suivants ne sont pas pris en charge pour le démarrage natif à l'aide de disques durs virtuels :

  • Utilisation de disques durs virtuels pour effectuer un démarrage natif de versions précédentes de Windows. Windows Vista® et Windows Server 2008 (et les versions antérieures de Windows) ne prennent pas en charge le démarrage natif. Le VHD de démarrage natif nécessite d'apporter d'importantes modifications au système d'exploitation. Ces modifications sont nouvelles dans Windows 7.

  • Mise en veille prolongée pour économiser l'énergie. Un système d’exploitation démarré à partir d’une image VHD ne prend pas en charge la mise en veille prolongée. Le démarrage natif est principalement destiné à Windows Server, aux Bureaux gérés et aux ordinateurs de développement et de test, où la mise en veille prolongée n'est pas une fonctionnalité essentielle.

  • Utilisation de disques durs virtuels compressés et chiffrés pour le démarrage natif. Les disques durs virtuels qui ont été compressés par NTFS ou chiffrés à l’aide du système de fichiers EFS (Encrypting File System) sur le volume hôte ne sont pas pris en charge pour le démarrage natif.

  • Configuration d'un démarrage natif du disque dur virtuel si le volume hôte est protégé par BitLocker. Vous pouvez enregistrer un fichier VHD sur un système de fichiers protégé par BitLocker™, mais vous ne pouvez pas utiliser le disque dur virtuel pour le démarrage natif ou activer BitLocker sur le ou les volumes contenus dans un VHD.

  • Démarrage d’un VHD qui se trouve sur un partage réseau ou un disque mémoire flash USB. Windows ne prend pas en charge le démarrage à partir d’un partage réseau ou d’un disque mémoire flash USB, qu’il soit installé sur un volume physique ou à partir d’un VHD. Vous pouvez démarrer l'environnement de préinstallation de Windows (Windows PE) à partir d'un disque mémoire flash USB, qui est pris en charge pour le déploiement Windows. Windows PE démarre généralement depuis un fichier Boot.wim ou une image installée, mais le démarrage de Windows PE à partir d'un VHD n'est pas pris en charge.

  • Mise à niveau du système d'exploitation démarré à partir d'un VHD. Si vous effectuez un démarrage à partir d’un VHD, vous ne pouvez pas mettre à niveau la version de Windows du VHD vers une version plus récente.

Cela vous a-t-il été utile ?
(1500 caractères restants)
Merci pour vos suggestions.

Ajouts de la communauté

AJOUTER
Afficher:
© 2014 Microsoft