Architecture d’Exchange 2016

[Cette rubrique est une documentation préliminaire et peut être modifiée dans les versions ultérieures. Des rubriques vides sont incluses comme espaces réservés. N’hésitez pas à nous transmettre vos commentaires. Envoyez-nous un e-mail à l’adresse ExchangeHelpFeedback@microsoft.com.]  

S’applique à :Exchange Server 2016

Découvrez l’architecture d’Exchange 2016

Exchange Server 2016 utilise une architecture à bloc de construction unique qui fournit des services de messagerie pour les déploiements de toutes tailles, des PME aux grandes entreprises internationales. Cette architecture est décrite dans le diagramme suivant.

Architecture Exchange

Les composants individuels sont décrits dans les sections suivantes.

Table des matières

Architecture de communication de serveurs

Architecture de rôles de serveur

Architecture de haute disponibilité

Architecture de protocole d'accès au client

Modifications de l’architecture Exchange 2016

La communication entre les serveurs Exchange 2016 et les anciennes et futures versions d’Exchange s’effectue au niveau de la couche de protocole. La communication entre couches n’est pas autorisée. Cette architecture de communication est résumée par la phrase « tout serveur est une île ». Cette architecture offre les avantages suivants :

  • Communications réduites entre les serveurs.

  • Communications tenant compte des versions.

  • Pannes isolées.

  • Conception intégrées à l’intérieur de chaque serveur.

La communication entre serveurs Exchange 2016 via le protocole de couche est illustrée dans le diagramme suivant.

Communication entre les serveurs Exchange

Retour au début

Exchange 2016 utilise des serveurs de boîtes aux lettres et des serveurs de transport Edge. Ces rôles de serveur sont décrits dans les sections suivantes.

  • Les serveurs de boîtes aux lettres contiennent les services de transport utilisés pour l’acheminement des messages. Pour plus d’informations, consultez Flux de messagerie et pipeline de transport

  • Les serveurs de boîtes aux lettres contiennent des bases de données de boîtes aux lettres qui traitent, transmettent et stockent les données.

  • Les serveurs de boîtes aux lettres contiennent les services d’accès au client qui acceptent les connexions client pour tous les protocoles. Ces services frontaux sont responsables du routage ou de la transmission par proxy des connexions aux services principaux correspondants sur un serveur de boîtes aux lettres. Les clients ne se connectent pas directement aux services principaux. Pour plus d’informations, consultez la section Client access protocol architecture présentée ci-après dans cette rubrique.

  • Les serveurs de boîtes aux lettres contiennent les services de messagerie unifiée (MU) qui fournissent les services de messagerie vocale et les autres fonctionnalités de téléphonie aux boîtes aux lettres.

  • Pour gérer les serveurs de boîtes aux lettres, vous devez utiliser le Centre d’administration Exchange (EAC) et l’Environnement de ligne de commande Exchange Management Shell. Pour plus d’informations, consultez les rubriques Centre d’administration Exchange dans Exchange 2016 et Utilisation de PowerShell avec Exchange 2016 (environnement de ligne de commande Exchange Management Shell).

  • Les serveurs de transport Edge gèrent tous les flux de messagerie externe pour l’organisation Exchange.

  • Les serveurs de transport Edge sont généralement installés dans le réseau de périmètre et sont abonnés à l’organisation Exchange interne. Le processus de synchronisation EdgeSync met le destinataire et d’autres informations de configuration à la disposition du serveur de transport Edge à mesure que les messages entrent dans l’organisation Exchange et en sortent.

  • Les serveurs de transport Edge fournissent des règles anti-courrier indésirable et de flux de messages à mesure que les messages entrent dans l’organisation Exchange et en sortent. Pour plus d’informations, consultez Protection contre le courrier indésirable dans Exchange 2016

  • Pour gérer les serveurs de transport Edge, vous devez utiliser l’Environnement de ligne de commande Exchange Management Shell. Pour plus d'informations, consultez la rubrique Utilisation de PowerShell avec Exchange 2016 (environnement de ligne de commande Exchange Management Shell).

Pour plus d’informations sur les serveurs de transport Edge, consultez la rubrique Serveurs de transport Edge.

Retour au début

Les fonctionnalités de haute disponibilité d’Exchange 2016 sont décrites dans les sections suivantes.

Les groupes de disponibilité de base de données (DAG) constituent l’élément fondamental de l’architecture de haute disponibilité et de résilience de site intégrée à Exchange 2016. Un DAG est un groupe de serveurs de boîtes aux lettres qui hébergent un ensemble de bases de données et permet une récupération automatique au niveau de la base de données en cas de défaillances de serveur, de base de données ou de réseau. Les DAG d’Exchange 2016 ont été améliorés par rapport à ceux d’Exchange 2013.

  • Le service de transport crée des copies redondantes de tous les messages en transit. Cette fonctionnalité est appelée redondance des clichés instantanés.

  • Le service de transport crée des copies redondantes de tous les messages livrés. Cette fonctionnalité est appelée dispositif de sécurité.

  • Dans Exchange 2016, un DAG représente une limite de haute disponibilité de transport. Vous pouvez obtenir une résilience de site en étendant un DAG à plusieurs sites Active Directory.

  • Dans Exchange 2016, la haute disponibilité de transport est bien plus qu’une amélioration de la redondance des messages, car celle-ci ne dépend pas de fonctionnalités prises en charge par le serveur de messagerie de l’expéditeur. Par conséquent, vous pouvez dire qu’Exchange 2016 tente de garantir la redondance des messages en conservant plusieurs copies des messages pendant et après la remise.

Retour au début

Les services d’accès au client sur les serveurs de boîtes aux lettres Exchange 2016 sont chargés d’accepter toutes formes de connexions client. Les services d’accès au client (frontaux) transmettent ces connexions aux services principaux par proxy sur le serveur de boîtes aux lettres de destination (le serveur local ou un serveur de boîtes aux lettres distant qui garde la copie active de la boîte aux lettres de l’utilisateur). Les clients ne se connectent pas directement aux services principaux. Cette communication est illustrée dans le diagramme suivant.

Communication des clients avec les serveurs Exchange

Le protocole utilisé par un client détermine le protocole employé pour transmettre la demande aux services principaux par proxy sur le serveur de boîtes aux lettres de destination. Par exemple, si le client est connecté via HTTP, le serveur de boîtes aux lettres utilise HTTP pour transmettre la demande au serveur de boîtes aux lettres de destination (sécurisé via SSL à l’aide d’un certificat auto-signé). Si le client utilise IMAP ou POP, le protocole utilisé est IMAP ou POP.

Les demandes de téléphonie diffèrent des autres connexions client. Au lieu de transmettre la demande par proxy, le serveur de boîtes aux lettres la redirige vers le serveur de boîtes aux lettres qui détient la copie active de la boîte aux lettres de l’utilisateur. Les appareils de téléphonie sont nécessaires pour établir leurs sessions SIP et RTP directement avec les services de messagerie unifiée sur le serveur de boîtes aux lettres de destination.

  • Consolidation du rôle serveur   Dans les versions précédentes d’Exchange, vous pouviez installer le rôle serveur d’accès au client et le rôle serveur de boîte aux lettres sur des ordinateurs différents. Dans Exchange 2016, le rôle serveur d’accès au client est automatiquement installé dans le cadre du rôle serveur de boîte aux lettres et n’est pas disponible comme option d’installation séparée. Cette modification reflète la philosophie de collocation des rôles serveur Exchange, qui est une pratique recommandée depuis Exchange 2010. L’architecture de serveurs Exchange à rôles multiples offre les avantages tangibles suivants :

    • Tous les serveurs Exchange de votre environnement (à l’exception probable des serveurs de transport Edge) peuvent être parfaitement identiques (même matériel, même configuration, etc.). Cette uniformité simplifie l’achat de matériel, ainsi que la maintenance et la gestion des serveurs Exchange.

    • Vous nécessiterez probablement moins de serveurs Exchange physiques. Vous limitez ainsi les coûts de maintenance continue, le nombre de licences serveur Exchange nécessaires, ainsi que les besoins en alimentation, en espace au sol et en racks.

    • Vous bénéficiez d’une plus grande évolutivité, la charge de travail étant répartie sur un plus grand nombre d’ordinateurs physiques. Durant une panne, la charge portant sur les autres serveurs Exchange à rôles multiples augmente uniquement de façon incrémentielle, ce qui garantit que les autres fonctions des serveurs Exchange ne sont pas touchées.

    • Vous bénéficiez d’une meilleure résilience, un serveur Exchange à rôles multiples pouvant résister à un plus grand nombre d’échecs de rôle (ou service) d’accès au client et rester opérationnel.

  • Amélioration de la recherche    L’instance de recherche locale est désormais capable de lire des données à partir de la copie de base de données de boîtes aux lettres locale. Par conséquent, les instances de recherche passives n’ont plus besoin de collaborer avec leurs homologues actives pour effectuer des mises à jour d’index et la bande passante entre la copie active et une copie passive a été réduite de 40 % par rapport aux versions précédentes d’Exchange. En outre, l’outil de recherche est désormais en mesure d’effectuer plusieurs lectures de disque asynchrones avant qu’un utilisateur n’entre entièrement le terme de recherche. Cela remplit le cache d’informations pertinentes et offre une latence de moins d’une seconde pour les requêtes de recherche des clients en ligne tels que Outlook sur le web.

  • Aperçu de documents avec Aperçu d’Office Online Server pour Outlook sur le web   Dans les précédentes versions d’Exchange, Outlook Web App était doté de la technologie d’affichage de document WebReady pour offrir une fonction d’aperçu intégrée des documents Office et PDF. Dans Exchange 2016, Outlook sur le web utilise Aperçu d’Office Online Server pour fournir des fonctionnalités de prévisualisation et de modification enrichies pour les documents. Bien que vous bénéficiez ainsi d’une expérience cohérente avec d’autres produits comme SharePoint et Skype Entreprise pour vos documents, vous devez en revanche déployer Aperçu d’Office Online Server dans votre environnement local si vous ne l’avez pas déjà. Pour plus d'informations, consultez la rubrique Installer Office Online Server dans une organisation Exchange 2016.

  • MAPI sur HTTP est le protocole par défaut pour les connexions Outlook   le protocole MAPI sur HTTP a été mis en place dans le Service Pack 1 d’Exchange 2013 et offre des améliorations par rapport à la méthode de connexion traditionnelle de Outlook Anywhere (RPC sur HTTP). Dans Exchange 2016, le protocole MAPI sur HTTP est activé par défaut et offre des commandes supplémentaires, comme la possibilité d’activer ou de désactiver MAPI sur HTTP par utilisateur et d’en faire ou non la publicité auprès des clients externes.

 
Afficher: